La Géothermie est un terme très ancien qui provient du grec. Géo signifie terre et Termie chaleur.
 
La terre renferme une intense chaleur qui est produite essentiellement par la chaleur naturelle des roches de la croûte terrestre. A la surface la température moyenne est de 13 °C. Plus nous allons en profondeur plus la chaleur s’intensifie.
 
En île de France, par exemple, la température moyenne augmente tous les 100 mètres de 4°C.
 
Mécanisme de fonctionnement :
Pour récupérer la chaleur de la terre, une installation géothermique se compose d’un doublet, soit de deux puits.
 
Le mécanisme de production de chaleur simplifié se compose de 3 étapes :

  1. Grace à une pompe immergée, l’eau géothermale est puisée dans une aquifère par le premier puits.
  2. Une fois extraite et ramenée à la surface, l’eau géothermale passe dans un échangeur pour transférer les calories vers le réseau urbain.
  3. L’eau géothermale est ensuite réinjectée dans le second puits à l’aide d’une pompe en surface. Ce système de doublet permet de maintenir la pression et le volume du réservoir d’eau.

 
L’énergie issue de la géothermie est renouvelable et propre évitant ainsi 400 000 tonnes de CO2 par an. Elle reste stable et fiable car elle ne dépend pas des conditions climatiques et est disponible localement.
     
Nous distinguons trois besoins :

  • La géothermie très basse énergie entre 10°C et 30°C pour le chauffage de serres ou les bassins de piscicultures.
  • La géothermie basse température entre 45 et 75°C pour le chauffage des bâtiments (cas du réseau de Champigny-sur-Marne)
  • La géothermie très haute énergie entre 100 et 150 °C pour la production d’électricité